sagapresse

manola14

theo-83red2ul

manola12

Théophile Gautier voyageur.


Avec un budget assez modeste, Gautier voyage souvent grâce au financement de son journal du moment et envoie en échange plusieurs articles qui paraissent sous forme de feuilleton.

Découvrez en bas de page les reportages de Théophile Gautier en Normandie!

THEO-120reduc2

Premier voyage en Espagne:

Entre mai et octobre 1840, Théophile Gautier et Eugène Piot se rendent en Espagne et y testent avec plus ou moins de bonheur l'ancêtre de l'appareil photographique. 

Des articles sont publiés dans le journal La Presse en 1840 et repris dans La Revue de Paris en 1841.

tolede

Revue de Paris, janvier 1841 : « Tolède est une des plus anciennes villes non seulement d’Espagne, mais de l’univers entier, s’il faut en croire les chroniqueurs. Les plus modérés placent l’époque de sa fondation avant le déluge (pourquoi pas quelques années avant la création du monde ?). Les uns attribuent l’honneur d’avoir posé la première pierre aux Grecs, les autres aux Romains ; ceux-là aux Juifs qui entrèrent en Espagne avec Nabuchodonosor…

Quoi qu’il en soit, Tolède est très certainement une admirable vieille ville, située à une douzaine de lieues de Madrid, des lieues d’Espagne, bien entendu, qui sont plus longues qu’un feuilleton de neuf colonnes ou qu’un jour sans argent, les deux plus longues choses que nous connaissions. On y va en calessine (voiture non couverte), soit dans une petite diligence qui part deux fois par semaine ; on préfère ce dernier moyen comme plus sûr, car au-delà des monts, comme autrefois en France, on fait son testament pour le moindre voyage. Cette terreur des

brigands doit être exagérée… Néanmoins, une telle crainte ajoute beaucoup au plaisir, elle vous tient en éveil et vous préserve de l’ennui ...

Vous faites une action héroïque, vous déployez une valeur surhumaine ; l’air inquiet et effrayé de ceux qui restent, vous rehausse à vos propres yeux. Une course en diligence devient une aventure, une expédition ; vous partez, il est vrai, mais vous n’êtes pas sûr d’arriver ou de revenir… »

Ce récit paraîtra en librairie en 1843 sous le titre de Tra los Montes ou voyage en Espagne. En 1845, après la publication dans La Presse du roman La Croix de Berny, écrit avec trois autres amis (Mery, Sandeau et Delphine de Girardin), Gautier part pour l’Algérie, ayant promis à l’éditeur Hetzel, qui va payer le voyage, de rédiger une série d’articles pour un volume qu’il fera imprimer. Hetzel n’en verra jamais la couleur mais deux textes sur l’Algérie figureront dans la Revue de Paris, en 1852.


theo algeriereduc

theo journaliste -12reduc2

On peut retrouver de nombreux articles consacrés à Théophile Gautier  sur le site de La Dépêche www.ladepeche.fr

Ecrire dans la fenêtre de recherche Théophile Gautier journaliste. Idem sur le site de La Nouvelle République des Pyrénées. Merci pour leur soutien actif.

Voyage en Espagne-2reduc

Second voyage en Espagne!


Le voyageur moderne n'est que l'accessoire très secondaire de la voiture!

"Burgos, comme autrefois, nous parut sombre et morose ; quelques paysans, enveloppés dans leurs manteaux couleur d’amadou, chassaient devant eux des ânes chargés de bois et de légumes. Nous remarquâmes avec peine que le hideux pantalon moderne commençait à se substituer à la culotte et aux guêtres.

Le courrier ne devait s’arrêter qu’une demi-heure : au risque de le laisser repartir sans nous, dédaignant malgré une faim plus que canine, la petite tasse de chocolat à l’eau que nous présentait la criada, nous courûmes bien vite à la cathédrale. Le voyageur moderne n’est que l’accessoire très secondaire de la voiture.

Elle était toujours là avec ses deux aiguilles élancées et sa tiare de clochetons… La dévotion espagnole se lève de bonne heure, l’église était déjà ouverte. Quelques vieilles, accroupies sur des grandes nattes dont le sol des églises est généralement couvert en Espagne, priaient avec ferveur, demandant sans doute au Ciel l’oubli des fautes de leur jeunesse.

Quel étonnant tour de force architectural que cette couronne de sculpture, posée à l’intersection des quatre bras de la croix… montagne de ciselure, retenue en l’air par des fils d’araignée. Hélas ! Pourquoi tout ce luxe, pourquoi toutes ces fioritures ? Avant de regagner le courrier qui s’impatiente, jetons vite un coup d’œil à ces deux autels latéraux qui sont de Gaspar Becerra et à cette Madeleine sur bois inondant ses blanches épaules d’un torrent de cheveux bruns, traités un à un dans la manière de Léonard de Vinci… Il était temps de repartir, le delantero, juché sur sa selle, faisait claquer son fouet.

En sortant de Burgos, à un relais que l’on appelle Sarracin, il y eut, entre les postillons de la malle et ceux d’une magnifique voiture que l’on amenait à l’ambassadeur de France, une de ces luttes de vitesse auxquels les combattants attachent autant d’importance que si le sort du monde en dépendait, et qui ont pour enjeu la vie des voyageurs…

Nous traversâmes ensuite Madrigalejos, Lerma, Aranda de Duero toute criblée de mitraille, Castillejo, lieu de la dînée, si l’on peut appeler ainsi l’absence d’un repas… »

Théo qui a échappé aux farouches rebelles va-t-il mourir de faim avant son arrivée à Madrid, lui qui a un bon coup de fourchette ? Est-il tombé amoureux de la belle statue en bois de Madeleine, lui qui n'est pas de bois? Il va falloir que je trouve un petit dessin sur ce brûlant sujet...


Théo en Turquie

"C'est là qu'on faisait glisser les odalisques infidèles!"

La période estivale, habituellement consacrée aux vacances, et parfois aux voyages, est là.  Le Tarbais Théophile Gautier, comme de nombreux Français, avait du mal à quitter son logis pour cause de finances souvent dans le rouge ! Il arrivait à s’évader une ou deux fois par an, et partait à l’aventure, aidé par un journal à qui il envoyait pour publication, ses impressions de voyage.

Ernesta Grisi, sa compagne, part chanter en Turquie. Elle arrive à Constantinople en janvier 1852. Théo, qui doit s’occuper de Marie Mattéi, une douce amie de passage, débarque en Orient quelques mois plus tard. Imprimés dans différents journaux du moment comme la Presse ou le Moniteur universel, on retrouve également cet article dans le Magazin (on dit maintenant magazine) Pittoresque de septembre 1861 :

« Qui a voyagé, voyagera. La soif de voir s’irrite au lieu de s’éteindre en se satisfaisant. Me voici à Constantinople, et déjà je songe au Caire et à l’Egypte. L’Espagne, l’Italie, l’Afrique, l’Angleterre, la Belgique, les îles grecques… visitées à plusieurs époques, n’ont fait qu’augmenter ce désir de vagabondage. Le voyage est peut-être un élément dangereux à introduire dans la vie… On sait que l’on va s’exposer à des fatigues, à des privations, à des ennuis, à des périls même. Il en coûte de renoncer à de chères habitudes…

Le vent, le courant, et de petites lames courtes berçaient assez rudement une barque à plusieurs rameurs qui tâchait d’accoster le Léonidas, arrêté pour l’attendre au milieu du Bosphore. Cette barque portait un pacha se rendant à Gallipoli, à l’entrée de la mer de Marmara. C’était un gros homme, d’encolure épaisse, à figure large et grasse. Il était vêtu de l’affreux costume du Nizam (le nouveau Turc), le fez rouge et la redingote bleue boutonnée droit. Une suite nombreuse s’empressait autour de lui, intendant, secrétaire, porte-pipes et autres menus officiers, sans compter les cawas (policiers) et les domestiques. Tout ce monde déplia des tapis, déroula des matelas, et s’accroupit dessus…

De la mer de Marmara proprement dite, je ne saurais vous faire un grand détail, attendu qu’il faisait nuit lorsque nous la traversâmes… On déposa le pacha et sa suite à Gallipoli dont les minarets apparaissaient confusément dans l’ombre du soir… Quand parut le jour, Stamboul nous apparut dans toute sa splendeur. Le Léonidas, ralentissant sa marche pour ne pas arriver de trop bonne heure, rase la pointe du sérail. On nous fit remarquer un plan incliné jaillissant d’une ouverture. C’est par là, dit-on, qu’on faisait glisser dans le Bosphore les concubines infidèles ou qui avaient déplu au maître, enveloppées d’un sac renfermant un chat et un serpent. Combien de corps charmants a promenés cette eau bleue et profonde ? Maintenant les mœurs se sont beaucoup adoucies !

En attendant que nous puissions descendre à terre, faisons un léger croquis au crayon du tableau que nous peindrons plus tard… »

magasin pittoresque 1861reduc

" C'était un ramage à n'y rien comprendre!"

Notre Tarbais, aura peut-être un jour un musée dans sa ville natale, voire une statue pour remplacer celle de Danton.

Théophile Gautier rejoint, au cours de l’année 1852, sa compagne Ernesta Grisi en Turquie où elle a entamé un tour de chant. L’écrivain envoie à ses journaux habituels : le Temps mais surtout le Moniteur ses impressions de voyage. Après plusieurs jours de navigation, Théo arrive devant Constantinople :

« …Trois ponts de bateaux rejoignent les deux rives de la Corne d’Or, et permettent une communication incessante. Comme à Londres (avant les JO bien sûr), il n’y a pas de quai à Constantinople, et la ville plonge partout ses pieds dans la mer… Des myriades de canots et de caïques (bateaux à voiles) sillonnaient comme des poissons l’eau azurée du golfe et se dirigeaient vers notre navire le Léonidas, mouillé à quelque distance de la douane.

Dans tous les pays du monde, la douane a des colonnes et une architecture dans le goût de l’Odéon. Celle de Constantinople n’a garde de manquer au style du genre. Heureusement, les baraques qui l’avoisinent sont si délabrées, si hors d’aplomb, si projetées en avant et s’épaulent les unes aux autres avec une nonchalance si orientale, que cela corrige l’aspect classique de la douane.

Comme à l’ordinaire, le pont du Léonidas fut couvert en un instant d’une foule polyglotte : c’était un ramage à n’y rien comprendre de turc, de grec, d’arménien, d’italien, de français et d’anglais. J’étais assez embarrassé au milieu de ces charabias variés quoique j’eusse, avant de partir, étudié le turc de la cérémonie du Bourgeois gentilhomme, lorsque apparut, dans un caïque, comme un ange sauveur, la personne à qui j’étais recommandé.

Elle envoya au diable, chacun dans sa langue particulière, toutes les canailles qui m’entouraient, me fit entrer dans sa barque, et me conduisit à la douane, où l’on se contenta de jeter un coup d’œil distrait sur ma maigre malle, qu’un hammal chargea comme une plume sur son large dos.

Le hammal est une espèce particulière à Constantinople : c’est un chameau à deux pieds et sans bosse ; il vit de concombres et d’eau, et porte des poids énormes par des rues impraticables, des montées perpendiculaires et des chaleurs accablantes… En suivant le hammal, qui se dirigeait vers le logement retenu pour moi, je m’enfonçais dans un dédale de rues et de ruelles étroites, tortueuses, ignobles, pleines de trous et de fondrières, encombrées de chiens lépreux, d’ânes chargés de poutres ou de gravats, et le mirage éblouissant que présente Constantinople de loin s’évanouissait rapidement. Le Paradis se changeait en cloaque, la poésie se tournait en prose… »

theo-31redul2

" Je me lançai au hasard à travers la ville inconnue..."

Retrouvons notre illustre Tarbais à Constantinople où il va rejoindre, en 1852, sa compagne Ernesta Grisi. De près, la ville qui le faisait rêver, ne l’éblouit plus. Espérons que notre démocratie ne nous jouera pas le même tour à la rentrée :

« … La poésie se tournait en prose, et je me demandais avec mélancolie, comment ces laides masures pouvaient prendre, par la perspective, des aspects si séduisants, une couleur si tendre et si vaporeuse. Je gagnais, sur les talons de mon hammal (porteur), la chambre qui m’était destinée chez une hôtesse smyrniote, près de la grande rue de Péra.

J’étais venu de Paris en douze jours, marchant aussi vite que la poste, car j’ai pour principe, dans mes voyages, de voler à tire-d’aile au point le plus éloigné pour en revenir ensuite à mon aise ; et je m’étais promis de consacrer cette journée à un repos bien mérité ; mais la curiosité fut la plus forte et, après quelques bouchées avalées à la hâte, n’y pouvant plus tenir, je me lançai au hasard à travers la ville inconnue…

A Constantinople, les rues ne portent, à leurs angles, aucune désignation, ni turque, ni française. En outre, les maisons ne sont pas numérotées, ce qui complique la difficulté (tiens, cela me rappelle mon village). A travers ce dédale anonyme, chacun se conduit au juger et se retrouve au moyen de ses remarques particulières. Le fil d’Ariane ou les cailloux blancs du Petit-Poucet seraient fort utiles ; quant à émietter son pain sur la route, il n’y faut pas penser : les chiens l’auraient bientôt mangé…

Ma maison était construite en pierres. Pour plus de sécurité, une porte de fer, des volets de tôle épaisse se repliant par feuilles devaient, en cas d’incendie du quartier, intercepter les flammes et les étincelles. J’avais une chambre avec un lit de fer et une commode.

Cela n’avait rien d’extrêmement oriental ; pourtant mon hôtesse était smyrniote, et sa nièce, quoique vêtue à l’européenne d’un peignoir rose, roulait, dans un masque pâle serti de cheveux d’un noir mat, des yeux langoureusement asiatiques. Une servante grecque, très jolie sous le petit mouchoir tortillé au sommet de sa tête, complétait avec un jocrisse des Cyclades, le personnel de la maison.

La nièce savait un peu de français, la tante un peu d’italien, au moyen de quoi nous finissions par nous entendre à peu près… »

theo-32redul2

Gautier en Grèce!

Les Turcs peuvent mettre leurs femmes à l'abri!

Après avoir visité l’Espagne en 1840, l’Algérie en 1845 et à nouveau l'Espagne en 1846, Théophile Gautier, à son retour de Constantinople où Ernesta Grisi était partie chanter, visite la Grèce. L’organisateur de spectacles qui l’a envoyée là-bas, ne paye pas la chanteuse et l’argent manque. Les amis de Gautier lui envoient une petite somme qui leur permet de revenir en France. Le directeur de la Revue des Deux Monde fait saisir à Paris, l’argent des articles de Théo parus dans La Presse car il devait lui écrire son Capitaine Fracasse et, malgré une avance, Gautier n’a rien écrit. Les reportages de voyage prennent donc discrètement le chemin du Moniteur universel qui les paye à Gautier avant son retour. Le premier compte-rendu se trouve dans le numéro du 20 octobre 1852 : « Lorsque l’on revient de Constantinople, même dans les temps les plus sains, on est toujours en suspicion de peste, et si l’on veut prendre le paquebot de correspondance pour Athènes, il faut subir une quarantaine de vingt-quatre heures devant Syra…

Je passais tranquillement la journée à fumer, appuyé sur le bastingage, regardant la ville crayeuse étagée en amphithéâtre…Profitons de ce calme pour examiner un peu les passagers. Les bateaux à vapeur autrichiens qui desservent les lignes du Levant établissent pour leur clientèle orientale, une espèce de parc réservé qu’on appelle le sérail… Les Turcs, grâce à cet aménagement, peuvent mettre leurs femmes à l’abri et voyager sans faire souffrir leur jalousie naturelle. Cette partie des bateaux est, comme vous le pensez bien, la plus curieuse et la plus pittoresque…

Il y avait aussi, sur notre bateau, une famille anglaise venant de Calcutta, et suivie de deux domestiques indiens du type le plus curieux… L’Anglais, chef de famille, homme d’une correction et d’une élégance de tenue irréprochables, avait cependant rapporté de l’Inde, quelques bizarreries de costume…

Le lendemain à midi, quoique je connus Syra, je sautais dans une barque, car il est toujours agréable, après une traversée de plusieurs jours, de fouler « le plancher des vaches », et c’est en mer surtout que l’on comprend toute la beauté de cet aphorisme exclamatif de Rabelais : « O bienheureux planteurs de choux ! ils ont un pied en terre et l’autre n’est pas loin ! » Au bout de quelques heures de courses vagues à travers la ville, je retournai à bord de l’Imperator qui devait me traverser dans l’Arciduca-Lodovico, petit steamer de correspondance destiné à faire le trajet vers Athènes…

Quand je me réveillais le jour suivant, de faibles lueurs blanchâtres commençaient à éclairci le ciel… Une ligne sombre se dessinait confusément à l’horizon : c’était la Grèce, c’était l’Attique… Le jour se levait lentement… Le Pirée, dans lequel nous ne tardâmes pas à entrer, est un bassin arrondi en coupe, suffisant pour les trirèmes antiques, mais où une flotte moderne serait singulièrement à l’étroit. Ce port se fermait autrefois par une chaîne reliée aux piédestaux de deux lions de grandeur colossale, emportés comme trophée par le doge Morosini, et placés maintenant en vedette près de la porte de l’arsenal de Venise…Le port était presque désert car Syra détourne à elle tout le mouvement et tout le commerce. La pure lumière du matin éclairait le quai de pierre, les maisons blanches et les toits de tuiles du Pirée, bourgade complètement moderne, malgré son nom antique. Ces bâtisses, d’un aspect plus suisse qu’athénien, contrarient l’œil et l’imagination…

Au fond se découpent en ondulations bleuâtres, à gauche le mont Parnès ; à droite, le mont Hymette… Dans l’espèce d’échancrure que forment à l’horizon les pentes des deux montagnes, un rocher s’élève comme un trépied ou un autel.Sur ce rocher scintille, doré avec amour par le soleil levant, le triangle d’un fronton. Quelques colonnes se dessinent : c’est Athènes, l’Athènes antique, l’Acropole, le Parthénon… Les noms de Périclès, de Phidias, d’Alcibiade, d’Aristophane, d’Eschyle, tous mes souvenirs de collège me bourdonnaient sur les lèvres, lorsqu’un Grec en costume me tira par la manche et me demanda la clef de ma malle qu’il visita avec une négligence tout athénienne. O vicissitudes des temps ! O splendeurs évanouies ! Un douanier sur le rivage ou Thésée posa le pied en revenant vainqueur de l’île de Crète…

Une émeute de calèches démantelées, de berlingots séculaires, de berlines invalides se disputaient les voyageurs et les emportaient au grand galop dans des nuages de poussière… La route du Pirée à Athènes est rectiligne ; elle raye de sa chaussée poussiéreuse une plaine aride couverte d’herbes desséchées. Ceux qui aiment les paysages épinard ne seraient pas contents … Le bouquet d’oliviers traversé, on se retrouve dans une espèce de plaine bosselée, cerclée de montagnes, au milieu de la quelle se dresse, solitaire, le grand rocher de l’Acropole. La vie moderne ne se montre pas encore. L’ancienne Athènes se développait entre l’Acropole et le Pirée ; l’Athènes actuelle semble se cacher derrière la citadelle….

Une grande rue se présente, bordée de maisons blanches à toits de tuiles, à contrevents verts, de l’aspect le plus bourgeoisement moderne, et qui ressemble, à faite peur, à une rue des Batignolles. Ces constructions démontrent une envie naïve de faire une Athènes à l’instar de Paris. Les Grecs actuels rêvent de la rue de Rivoli à deux pas du Parthénon … Une foule bigarrée se promenait dans cette rue ; les femmes étaient en très petit nombre …

La calèche s’arrêta devant l’hôtel d’Angleterre. Plus loin, ayant à ses pieds un tas de bicoques formant la Setiniah des Turcs, l’Acropole montrait son flanc taillé à pic… Une foule bigarrée se promenait dans les rues. Parmi les vêtements européens modelés sur ceux de Londres ou de Paris, étincelait de loin en loin un beau costume d’Albanais, de Maïnote ou de Pallikare (Personnages vêtus de costumes régionaux traditionnels), d’une élégance théâtrale, tranchant bizarrement sur le fond de la devanture d’un magasin remplie d’articles de Paris (on dirait de Chine, maintenant). Le roi des Grecs devrait faire un décret pour exiger de tous ses sujets qu’ils portent le costume national.

Plus loin, l’Acropole montrait son flanc taillé à pic, et découpait avec une fermeté incroyable d’arêtes, son diadème mural de temples. Une lumière aveuglante éclairait d’or et d’argent tous les pauvres détails et les cachait sous un voile radieux.

Sans prendre le temps de faire monter mon bagage dans ma chambre, j’aurais voulu courir tout de suite au Parthénon, si un domestique ganté et cravaté, ne m’eût fait observer qu’il fallait une permission pour visiter l’Acropole. Force me fut donc de modérer mon impatience…

Pour aller à l’Acropole, il faut traverser des ruelles désertes bordées de masures en ruine dont les portes entrouvertes vous laissent voir quelques marmots farouches à demi-vêtus de haillons, quelque matrone hagarde au nez busqué, aux yeux d’oiseau de proie, qui se retire précipitamment… »

Théo ne rencontre pas, pour le moment, de beauté grecque fatale. Athènes, comme Constantinople, semblait remplie de misère. »

theo-36uleadred

JPpeintures-4

JPpeintures-2

JPpeintures-1

Voyage en Normandie, 1858.

Comme l’a écrit notre illustre Tarbais, ce début de XIXe siècle fut riche en inventions, notamment le développement du chemin de fer. Napoléon III et l’Impératrice Eugénie, accompagnés de nombreuses personnalités et de journalistes, se rendent à Cherbourg pour inaugurer la ligne nouvellement créée, valorisant ainsi la politique de grands travaux, créatrice d’emploi et de progrès.

Commencée en 1842, arrivée à Caen en 1856, cette nouvelle ligne s’achève à Cherbourg le 17 juillet 1858. Le 4 août, après s’être arrêté à Evreux, Lisieux, Caen, Bayeux, le convoi atteint Carentan et arrive vers 17 heures à Cherbourg. Des reporters comme Chalon d’Argé pour le Monde Illustré et Gautier pour le Moniteur Universel, sont du voyage.

THEO-116reduclead2

Comme à son habitude, Théo prend ses distances et son temps pour rendre sa copie qui paraît enfin dans le numéro du 3 septembre 1858 du Moniteur : « Qui dirait, à nous voir arriver si tard, que nous sommes parti l’un des premiers pour Cherbourg. Cela est vrai cependant, mais nous n’avons pas voulu couper la chronique sous le pied à nos confrères du camp de la gare. A quoi bon nous hâter d’ailleurs ? L’électricité apportait les détails officiels du voyage triomphal, et nous n’étions là qu’en simple curieux, mêlé à la foule, pour voir de loin un des grands spectacles qui font sentir à une nation son unité, et où il semble qu’on entende distinctement battre le cœur de la France.

On ne doit s’attendre à trouver, dans ces simples notes que nos impressions personnelles, des aspects de paysages et des idées sur le caractère propre de notre temps.

Les inventions de la science transforment le monde moderne sans secousse, et pour ainsi dire sans qu’il s’en aperçoive. Supposons-nous en 1813, à l’époque de Napoléon 1er, et désireux d’assister à cet événement imposant. Pas de chemin de fer, pas de bateau à vapeur ; pour unique moyen de transport la classique diligence ou d’autres véhicules plus ou moins susceptibles de rouler, attelés de quadrupèdes quelconques, et calculez ce qu’on aurait pu transporter de personnes. La ligne ferrée de Paris à Cherbourg, vient d’être achevée récemment. L’invention des chemins de fer, qui date à peine de vingt ou vingt-cinq ans, ne surprend plus personne ; on est déjà habitué à ses prodiges. Transporter en une journée, du centre de la France à l’une de ses extrémités cent mille curieux et peut-être davantage, quoi de plus simple ? Il ne s’agit que de multiplier les convois et les wagons… »

THEO-117reduclead2

« Nous n’aurions jamais cru qu’il existât autant de malles et de sacs de nuit ! Au jour du départ et les jours précédents, ils s’entassaient par pyramides, par montagnes à la gare de l’ouest où les voitures n’arrivaient qu’en prenant la file comme pour l’entrée d’un bal.

Quelle foule, quel tumulte, quel encombrement ! Et pourtant chaque colis recevait son numéro et son étiquette, et les chariots les emportaient aux wagons de bagages avec une rapidité inouïe.

Lorsque les portes, en s’ouvrant, laissèrent pénétrer dans le débarcadère l’océan des excursionnistes, le premier flot remplit tout un convoi, si long pourtant que c’était déjà un voyage d’aller de sa queue à sa tête. Il y avait là de quoi peupler une ville.

Un second convoi fut organisé sur-le-champ, dans lequel nous pûmes trouver place. Il n’était pas moins considérable que le précédent et, certes, la flotte combinée des Grecs partant pour Troie emmenait moins d’Achéens aux longues chevelures que cette suite de caisses n’emportait de Parisiens en panamas et paletots d’été.

Ce spectacle de migration par masses d’une ville à une autre nous ramenait par un saut de pensée à ces tribus de Daces, de Huns, de Vandales, se mettant en marche pour quelque contrée lointaine et faisant la stérilité sur leur passage comme une invasion de sauterelles.

Ce que la barbarie accomplissait à travers les ruines, les combats et les dévastations, la civilisation le réalise comme en se jouant. Vous déjeunez à Paris, vous dînez à Cherbourg ; le matin vous patiniez sur l’asphalte, le soir vous foulez le galet remué par l’Océan, non pas vous seul ou quelques-uns au moyen d’un talisman, du chapeau de Fortunatus, des bottes de sept lieues, mais toute votre maison, tout votre quartier, toute votre ville. Vraiment, nous ne nous admirons pas assez, et nous faisons trop bon marché de notre époque… Il est doux de flâner et d’être longtemps en route quand on peut aller aussi vite que le vent… »

theo-118reduclead22

« A Mantes la Jolie, nous voyons les tapissiers dresser pour la réception de l’Empereur une tente de velours cramoisi ; des guirlandes de fleurs…

On remonte dans le wagon et nous voici à Caen. Laissons le train continuer sa route. Il y a longtemps que les aquarelles de Bonnington, de Roberts, que toutes ces gravures des landscapes nous ont donné l’envie de voir Saint-Pierre de Caen. C’est un désir facile à réaliser. Nous sommes allés en Espagne, en Angleterre, en Belgique, en Hollande, en Allemagne, en Afrique, en Grèce, en Turquie, un peu partout, et nous n’avions pas encore trouvé un jour pour Saint-Pierre, qui vaut bien la peine cependant. Tous les Anglais l’ont visité, mais il faut être étranger pour voyager dans un pays.

En sortant de la gare nous avons admiré une cheminée d’usine à vapeur. Cette cheminée est charmante et nous allons la décrire car nous y trouvons les rudiments de cette architecture moderne qui cherche si laborieusement ses formes. Plus haute que l’obélisque de Louxor dont elle singe assez l’attitude sur l’horizon, cette cheminée bâtie de briques roses et blanches dont les symétries dessinent des spirales contrariées, est coiffée d’une sorte de chapiteau qui la fait ressembler à une colonne d’ordre inconnu que nous appellerons si vous voulez l’ordre industriel… L’ornement appliqué sur une partie vraie de l’édifice prend tout de suite du caractère. C’est ainsi que de besoins nouveaux surgira une architecture nouvelle…

Les rues étaient sablées. Des inscriptions et des cartouches, des échafaudages et des balcons à louer annonçaient que la ville se préparait à recevoir se son mieux Leurs Majestés. Un arc de triomphe de fort bon style se dressait à l’entrée de la principale rue. Caen est une vieille ville qui a fait peau neuve ; on y retrouve pourtant, pressées entre les constructions modernes, quelques anciennes masures à pignons…

Un ami nous avait retenu une chambre à l’hôtel d’Angleterre, où nous dînâmes fort bien, malgré la famine dont on nous avait menacé. Il n’existait plus, disait-on, un seul poulet à dix lieues à la ronde. La caravane parisienne avait tout dévoré. Il fallait faire garder, à la cuisine, les omelettes dans la poêle par quatre fusiliers, et autres facéties de ce genre. Des buffets avaient été emportés d’assaut à la gare, des convois de vivres pillés. Nous étions résigné d’avance à manger le caoutchouc de nos bretelles, le cuir de nos brodequins, la paille de notre chapeau… »

THEO-120reduc2

Moniteur Universel du 5 septembre 1858 : « Si vous voulez voir Saint-Pierre de Caen, il faut vous placer de l’autre côté du ruisseau qui baigne son chevet. C’est là que s’assoient les aquarellistes, sur une pierre du quai. De cet endroit, la vue se compose admirablement bien. Vous avez à gauche un pont à voûte surbaissé où s’appuient des maisons ou plutôt des baraques chancelantes, irrégulières, à étages surplombants, à toits désordonnés, dont les lignes rompues font ressortir l’élégante architecture de l’église. Le cours du ruisseau, obstrué de pierres, de tessons, de plantes aquatiques, forme un premier plan arrangé à souhait ; à droite, s’affaissent quelques vieilles maisons lézardées…

En contemplant ce charmant motif de tableau, nous pensions au tort qu’on a de débarrasser les monuments gothiques des masures, des échoppes et des bouges de toutes sortes qui s’y accrochent comme les champignons au tronc des chênes. Désobstrué, l’édifice est toujours moins beau ; les lignes paraissent s’élancer moins hardiment au milieu d’une place nette. Ces constructions irrégulières, bizarres, difformes, en l’étouffant et en le serrant, le faisaient jaillir plus haut, ou vous forçaient, pour le voir, à prendre des angles d’incidence plus pittoresques… Ce que nous disons là n’est vrai que pour l’église gothique ; le temple grec veut être dégagé.

Si vous entrez à Saint-Pierre, ne manquez pas d’examiner en détail les clefs de voûte évidées qui retombent d’une façon si légère et si hardie dans les chapelles de l’abside…

Saint-Etienne, malgré sa silhouette anglo-normande un peu froide mais d’un dessin hardi et pur, mérite aussi qu’on l’aille voir ; nous la visitâmes avant de saisir au vol le convoi de dix heures du matin qui devait nous transporter à Bayeux... Théophile Gautier »

THEO-123reduclead2-2

Moniteur Universel, 3 septembre 1858 : « Des trains d’une longueur infinie se succédaient à intervalles réguliers, emportant des populations entières, ce qui n’empêchait pas des foules plaintives de rester sur les trottoirs de la gare. A chaque instant, le télégraphe faisait entendre sa sonnerie d’avertissement pour indiquer la marche des convois. Grâce à ce courrier électrique, que nulle vitesse ne dépasse, on pouvait laisser galoper les formidables chevaux de cuivre et d’acier, nourris de feu et d’eau bouillante…

Des cantinières en jupon court, en blouse bleue serrée par une ceinture, coiffées d’un chapeau de cuir verni, une trompette de signal en bandoulière, certifiaient que le passage était libre. Dans ce siècle où les femmes ne trouvent aucun emploi, hors des travaux d’aiguille, si peu rétribués, voilà une fonction qui n’exige ni force, ni long apprentissage. Il suffit de comprendre quelques signaux, d’exécuter une consigne avec attention et intelligence. Les femmes, plus sobres que les hommes, sont moins sujettes à s’endormir ; elles ont en général la vue plus longue et l’ouïe plus fine…

A dix heures et demie, nous trouvâmes enfin place dans un wagon, que nous abandonnâmes à Bayeux, dont la silhouette, vue du débarcadère, nous plaisait fort. Une magnifique cathédrale, avec ses deux flèches aigües et une tour comme à Burgos, s’y découpait au-dessus des toits, d’une façon superbe, pavoisée de drapeaux et de bannières…

Nous voilà donc, errant dans les rues de Bayeux et laissant le train filer vers Cherbourg. L’aspect de la ville, même dans ce moment d’animation insolite, avait quelque chose de tranquille, de reposé. L’ombre de la cathédrale s’étend sur les maisons ; les rues sont propres, silencieuses… Peu de boutiques, de longs murs de jardins, une promenade solitaire qui suffirait à une grande ville. Des prêtres vont et viennent comme à Rome et nous lisons sur une enseigne : Manuel, coupeur de soutanes.

Dans notre époque industrielle, c’est une chose rare que de voir une ville paisiblement groupée autour de sa cathédrale, sans cheminées d’usines… Nous avons dit souvent que le Temps n’existait plus. Le Temps existe ; nous l’avons retrouvé à Bayeux, très bien conservé pour son âge… » Théophile Gautier.

Theo 124 reduc

THEO-125reducsite

Moniteur Universel, 9 septembre 1858 : « Ces immenses mouvements de population que le chemin de fer rend possibles, prennent au dépourvu la civilisation telle qu’elle est installée. Il faut à ces multitudes affamées que les convois déversent, des festins de Gargantua ; nulle table d’hôte n’est assez longue, nul buffet suffisant… Mille mains se tendent vers le même plat, on arrache les bouteilles aux sommeliers ahuris…

A Carentan, aux alentours de la station, étaient dressées des cuisines-tentes ; devant des foyers improvisés, tournaient des broches chargées de viandes, etla grasse fumée des victimes montait, comme dans l’Iliade, jusqu’aux narines des dieux. La nuit tombait ; nous distinguions vaguement, à travers l’ombre des arcs de triomphe, des mâts pavoisés, des guirlandes de feuillages, tout en errant au hasard, à la quête d’un gîte. Les auberges regorgeaient de monde, et les hôteliers superbes, nous renvoyaient d’un air dédaigneux. Déjà, dans l’écurie, les quadrupèdes avaient dû céder leur place et leur botte de paille aux bipèdes... La nuit était si noire que nous allions à tâtons, à la manière des aveugles, dans des rues inconnues, éclairées de loin en loin par les lanternes des diligences qui passaient lourdement, écrasées de voyageurs, avec un bruit de ferraille.

A la fin, nous vîmes flamboyer les vitres d’une auberge plus hospitalière, pleine de bruits, de chocs de verres et de tintement d’assiettes. Là, on ne parut pas trouver trop ridicule notre désir de souper et de nous coucher…

Le lendemain, le train arriva, mais si chargé, si encombré, que nous dûmes nous estimer heureux d’être placé, par faveur, dans un wagon de bagages… Le paysage s’étale de chaque côté de la voie comme une carte d’échantillons : ce sont des terrains zébrés de cultures, de bouquets d’arbres, de files de peupliers, de cours d’eau blanchissant sous les roues des moulins… un ensemble de choses gracieuses, fraîches et jolies. Mais à partir de Carentan, l’aspect du pays change : on entre dans le marais. On se croirait en Hollande… Enfin, nous voici à Cherbourg. La foule descend et se précipite vers les bagages ; nous, d’un pas plus tranquille, nous nous dirigeons vers le camp de la gare… Théophile Gautier.»

Théophile Gautier en Algérie

Théophile Gautier reporter!

Inauguration du chemin de fer Alger-Blida (Moniteur Universel du 24 août 1862).

Nous retrouvons notre tarbais Théophile Gautier qui, pendant quelques heures, va jouer une nouvelle fois le rôle de reporter. Il peut ainsi à moindre coût, revoir le bleu de la Méditerranée qui lui manque tant à Paris et fournir un article pour le Moniteur qui l’emploie :

« Lorsque nous montâmes, en 1845, sur le bateau à vapeur pour retourner à Marseille, après avoir trois mois parcouru l’Afrique française, nous jetâmes aux côtes qui se dessinaient à l’horizon ce regard mélancolique qui s’attache aux objets qu’on n’espère plus revoir et dont on voudrait fidèlement garder l’empreinte. Bien souvent, nous avons regretté cette vie étrange ; nous nous sommés rappelés ces belles nuits passées sous la tente, ces longues routes à cheval, ces excursions à la suite de notre vaillante armée…

Eh bien, nous avons revu Alger. Une gracieuse invitation envoyée par la Compagnie du chemin de fer de Blida nous a fait cette joie inespérée. Nous voilà encore sur cette place du Gouvernement où nous avons fait tant de tours de promenade ; seulement, la Djennina, qui en garnissait le fond, a disparu ; mais la mosquée dont le dôme s’arrondit, si gracieux, et la tour qui la surmonte, ont conservé intacte leur physionomie orientale. Un palmier nouvellement transplanté s’épanouit devant l’hôtel de la Régence.

Avant que la ville française s’éveille, car la marche du bateau a été si rapide, que nous sommes arrivés aux premières lueurs de l’aube, nous escaladons les rues escarpées de la vieille ville moresque. Là, rien n’est changé. A peine quelque maison européenne s’est-elle hasardée à mi-côte parmi ce dédale de ruelles blanchies à la chaux, si étroites parfois, que deux ânes chargés n’y peuvent passer de front. Les étages surplombent encore, étayés de poutrelles, et les maisons se touchent par le haut. Des portes basses, mystérieuses, s’entrebâillent à demi et les dormeurs couchés le long des murs s’ébrouent dans leurs burnous. Les Biskris, portant leurs vases de cuivre, vont chercher l’eau des fontaines ; les Négresses, enveloppées de leurs haïks quadrillés de blanc et de bleu, s’accroupissent sur quelque marche à côté de leurs pains en forme de galette ; le marchand croise ses talons au fond de l’alcôve qui lui sert de boutique, après avoir arrangé en pile ses pastèques et ses bottes de piment.

De rampe en rampe, nous gagnons la Casbah, non sans effleurer du coude quelque Moresque empaquetée dans son domino de mousseline, et faire rentrer derrière le grillage des petites lucarnes arabes plus d’une tête curieuse et furtive ; puis, rassuré à l’endroit de la couleur locale, nous redescendons vers la ville moderne. Alger n’est pas encore tout à fait une Marseille africaine… »

chemin de fer uleadreduc2

« Le soleil du 15 août se leva au bruit des salves d’artillerie qui annonçaient les solennités du jour. L’Algérie, pour célébrer dignement avec la France la fête de l’Empereur, ajoutait au programme des réjouissances, l’inauguration de son premier chemin de fer. Cette nouvelle ligne de rails, qui réunit Alger à Blida, n’est point longue ; elle n’a que cinquante kilomètres ; mais c’est le commencement d’un réseau qui va bientôt s’étendre de tous les côtés du territoire…

A sept heures trente minutes, Son Excellence le gouverneur général arrivait prendre place dans un wagon d’honneur avec le sous-gouverneur et le directeur général des services civils ; et les invités de la compagnie ayant rempli les voitures qui leur avaient été réservées, la locomotive s’ébranlait au bruit du canon, des fanfares et des acclamations.

Nous courons sur le rivage de la mer, au pied de charmantes collines où les flammes de l’été ont laissé encore assez de verdure pour faire ressortir les blanches villas assises sur les pentes. Mais, près de la Maison-Carrée, une échancrure du Sahel nous donne entrée dans la plaine de la Mitidja où la voie pénètre par une courbe gracieuse. C’est d’abord de vastes espaces à demi dénudés ; des troupeaux nombreux y paissent l’herbe rare, et parmi des bouquets de verdure apparaissent les douars des indigènes et les habitations des colons…

Après les immenses jachères, voici des vignes, des champs de tabac : c’est la campagne de Boufarik, un ancien marais dont nos laboureurs ont fait une Normandie.

Voici les orangers de Blida ; le train s’arrête, accueilli par la mousqueterie d’une troupe de cavaliers arabes, postés dans une attitude pittoresque sur une crête ; une grande affluence d’Européens et d’indigènes mêlait au pétillement de la poudre les acclamations les plus chaleureuses.

M. de Chancel, sous-préfet d’arrondissement et M. de Montagny, maire de Blida, étaient venus recevoir le maréchal à la descente du wagon. Le maire, dans une courte allocution, ayant présenté à Son Excellence, les respectueuses félicitations et les remerciements du pays, le maréchal répond en ces termes :

« Monsieur le maire, j’agrée avec satisfaction l’expression des sentiments dont vous êtes ici l’interprète. C’est avec bonheur que je viens aujourd’hui dans votre cité inaugurer le premier chemin de fer dont soit dotée l’Algérie… La rapidité des transports, la facilité des communications sont, pour l’agriculture comme pour l’industrie, des sources de prospérité et de richesse… »

gautier journalistereduc 23ulead2

Théo en Russie !

theo-41ulred2

Théophile Gautier se rend en Russie en 1858, non pour y chercher un passeport ou payer moins d'impôts, mais pour écrire sur l’art russe. Il se dirige d’abord en train vers Berlin et envoie ses articles au Moniteur Universel :

« Tout à coup, sur la gauche de la route, se massèrent les arbres d’un grand parc ; des tritons et des nymphes apparurent, pataugeant dans un bassin ; un dôme s’arrondit sur un cercle de colonnes, au-dessus de vastes bâtiments : c’était Postdam.

La rapidité du train nous permit cependant de voir un couple matinalement sentimental, qui suivait une allée déserte du jardin. L’amant avait la facilité de comparer sa maîtresse à l’aurore.

Bientôt, nous étions à Berlin, et un fiacre local nous descendit à l’hôtel de Russie. Un des plus vifs plaisirs du voyageur, c’est cette première course à travers une ville inconnue, qui détruit ou réalise l’imagination qu’on s’en était faite. Les différences de forme, les particularités, l’architecture, saisissent l’œil vierge encore de toute habitude et dont jamais la perception n’est plus nette.

Notre idée sur Berlin était tirée en grande partie des contes fantastiques d’Hoffman. Malgré nous, un Berlin étrange et bizarre s’était bâti au fond de notre cervelle, et nous avions devant nous, une ville régulière, d’aspect grandiose, aux rues larges, aux édifices pompeux, marquée au sceau de la modernité la plus récente.

Rien n’est moins fantastique que Berlin, et il a fallu toute la délirante poésie du conteur, pour loger des fantômes dans une ville si claire, si droite, si correcte où les chauves-souris ne trouveraient pas un angle obscur pour s’accrocher un ongle… »

theo-43uleadreduc2

Une chose nous a surpris, c'est d'y voir Mélantchon !!

« L’hôtel de Russie est très bien situé, et nous allons prendre le point de vue qu’on découvre de son perron. Le premier plan est un quai, bordant la Sprée. Quelques bateaux aux mâts élancés dorment sur son eau brune…

Sur l’autre quai, se déploie une ligne de maisons dont quelques-unes, anciennes, ont gardé leur cachet ; le palais du roi occupe l’angle. Un pont traverse la rivière et rappelle le pont Saint-Ange à Rome, par les groupes de marbre blanc qui le décorent…

Plus loin, à travers les arbres d’une promenade, apparaît le vieux musée, grand édifice de style grec… Une église calquée sur le panthéon, remplit l’espace sur la droite…

Quand on passe le pont, on découvre la façade noire du château (démoli en 1950). Les sculptures de la porte principale sont dans ce vieux goût rococo allemand exagéré, touffu, luxuriant, bizarre… Cette espèce de sauvagerie dans la manière a du charme et amuse les yeux rassasiés de chefs-d’œuvre…

Nous avons visité les appartements du château qui sont beaux et riches, mais n’offrent rien d’intéressant pour l’artiste que leurs plafonds fouillés, tarabiscotés, pleins d’amours, de chicorées et de rocailles du goût le plus curieux…

La chapelle est claire, bien distribuée, confortable. Mais pour qui a visité les églises catholiques d’Espagne, de France, d’Italie, elle ne saurait produire une grande impression. Une chose nous a surpris, c’est d’y voir Mélantchon et Théodore de Bèze * peints sur fond d’or… »

* Humanistes protestants du XVIe siècle.

theo-44redulead2

« Traversons la place du château et faisons un tour au musée… Nous n’allons pas faire ici l’inventaire du musée de Berlin, qui est riche en tableaux et en statues ; cela dépasserait les bornes d’un article. On y rencontre, plus ou moins bien représentés, tous les grands maîtres. Mais, ce qu’il y a de plus remarquable, c’est la collection très complète de peintres primitifs de tous pays, depuis les Byzantins jusqu’aux artistes qui ont précédé la Renaissance ; la vieille école allemande, si inconnue en France et si curieuse à tant d’égards, peut être étudiée là mieux que partout ailleurs…


Et les habitants, allez-vous dire ? Vous ne nous avez encore parlé que de maisons, de tableaux et de statues. Berlin n’est pas une ville déserte. Non, sans doute, mais nous ne sommes resté qu’un jour à Berlin, et nous n’avons pu y faire, surtout ne sachant pas l’allemand, des études ethnographiques bien profondes. Il n’existe plus aujourd’hui de différence visible d’un peuple à l’autre. Tous ont adopté l’uniforme domino de la civilisation ; nulle couleur particulière, nulle coupe spéciale du vêtement ne vous avertit que vous êtes ailleurs.


Les Berlinois et les Berlinoises rencontrés dans la rue ou à la promenade échappent à la description, et les flâneurs des Tilleuls ressemblent aux flâneurs du boulevard des Italiens. Cette promenade, bordée d’hôtels magnifiques, est plantée, comme son nom l’indique, de tilleuls, arbres dont la feuille a la forme d’un cœur, particularité qui lui vaut la faveur des amants et la spécialité des rendez-vous… »

theo-46reducexpo2

« … Quittant le quartier neuf, nous nous enfonçâmes peu à peu dans le dédale des vieilles rues, et nous eûmes bientôt devant nous un Hambourg pittoresque et caractéristique, une vraie ville ancienne avec son cachet Moyen-âge…

Les maisons à pignons denticulés ou roulés en volute, faisaient saillir des étages en surplomb, composés de rangées de fenêtres à panneaux de verre, séparés par des montants sculptés… Les bois, la brique, le colombage, la pierre, l’ardoise, mélangés de façon à satisfaire les coloristes, recouvraient le peu d’espace que les croisées laissaient libres sur les façades. Tout cela était coiffé de toits en tuiles rouges ou violettes d’une pente rapide…

C’était samedi. Hambourg faisait sa toilette. Des servantes haut perchées nettoyaient les vitres et les châssis de fenêtres qui s’ouvraient en dehors. Une légère vapeur dorée de soleil embrumait chaudement la perspective. Les servantes, agenouillées sur les marches des perrons, procédaient au grand nettoyage du samedi.

Malgré l’air assez vif, elles étalaient des bras robustes, nus jusqu’à l’épaule, hâlés ou de ce vermillon qui étonne souvent chez Rubens et s’explique par les morsures de la bise jointe à l’action de l’eau sur ces chairs blondes.

De jeunes filles de la petite bourgeoisie, coiffées en cheveux, décolletées et les bras découverts, sortaient pour aller aux provisions ; nous tremblions dans notre paletot de les voir si légèrement vêtues…

Puisque nous en sommes aux singularités de Hambourg, n’oublions pas de noter qu’on voit, sur certaines boutiques, l’inscription suivante : Magasin de Galanteries, grand assortiment de Délicatesses. Eh quoi ! nous disions-nous tout intrigué, la galanterie est à Hambourg une marchandise, la délicatesse se vend au comptoir ! Est-ce au poids ou au mètre, en boîte ou en bouteille ? Un examen plus approfondi nous fit voir que les boutiques de Galanteries étaient tout bonnement des magasins de nouveautés et les boutiques de Délicatesses, des magasins de comestibles… »

theo-48reduclead2

Moniteur Universel, 8 décembre 1858 : «La mer, moins profonde, avait changé de couleur au voisinage de la terre. A la longue-vue, on discernait en face de soi deux taches roses ponctuées de noir, une paillette d’or, une paillette verte, quelques fils ténus comme des fils d’araignée, quelques spirales de fumée blanche montant dans l’air immobile et d’une pureté parfaite : c’était Cronstadt…

La paillette jaune se changeait en un dôme d’or d’un éclat et d’une transparence magiques. La paillette verte était une coupole peinte de cette couleur qu’on eût prise pour du cuivre oxydé. Un dôme d’or, une coupole verte : la Russie, à première vue, se montrait à nous sous des teintes caractéristiques…

De nombreux navires aux couleurs de toutes nations encombraient le port et formaient, avec leurs mâts et leurs cordages, comme une forêt de pins à demi ébranchés… Un peu en arrière, on apercevait les maisons de la ville badigeonnées de teintes diverses que dépassaient seuls les dômes des églises accompagnés de leurs petites coupoles. Ces villes, si fortes, donnent le moins de prise à l’œil et au canon ; le sublime du genre serait qu’on ne les vît pas du tout : on y arrivera.

D’un bâtiment à fronton grec, douane ou police, se détachèrent des barques faisant force de rames vers notre bateau à vapeur, qui avait jeté l’ancre en rade. Cela nous rappelait les visites de la santé dans les mers du Levant, où des gaillards beaucoup plus pestiférés que nous, venaient prendre nos papiers à l’aide de longues pincettes… »

theo jste-50reduc

theo 49 uleadreduc

Nous avions pris le chemin des écoliers!

« Tout le monde était sur le pont et, dans un canot, nous aperçûmes le premier mougik. C’était un homme de vingt-huit ou trente ans, aux longs cheveux séparés par une raie médiane, à la barbe blonde légèrement frisée, aux membres bien découplés, et qui maniait aisément son double aviron. Il portait une chemise rose serrée à la ceinture et dont les pans, rejetés hors du pantalon, formaient une sorte de tunique assez gracieuse. Le pantalon, d’étoffe bleue, ample, abondant en plis, entrait dans la botte…

Apportés par leurs canots, les employés de la police et de la douane, vêtus de longues redingotes, coiffés de la casquette russe, la plupart décorés de médailles, montèrent sur le pont et remplirent leur office avec beaucoup de politesse.

On nous fit descendre dans le salon de la cabine pour nous rendre nos passeports. Il y avait là des Anglais, des Allemands, des Français, des Grecs, des Italiens et d’autres nations encore ; à notre grande surprise, l’officier de police, un tout jeune homme, changeait de langue à chaque interlocuteur, sans se tromper.

Quand notre tour vint, il nous rendit notre passeport en nous disant : « Il y a longtemps que vous êtes attendu à Saint-Pétersbourg. » En effet, nous avions pris le chemin des écoliers, et mis un mois à une route qu’on pourrait faire en une semaine…

Le bateau se remit en marche et, debout sur la proue, nous considérions d’un œil avide le spectacle extraordinaire qui se déployait à nos regards. Nous étions entré dans le bras de mer où la Néva s’épanche… »

Saint-Pétersbourg enfin!!

En suivant le Tarbais Théophile Gautier dans son voyage vers la Russie, où il part en septembre 1858, nous visitons une partie de l’Europe du nord car celui-ci prit le chemin des écoliers. Voici notre écrivain à Saint-Pétersbourg. Moniteur Universel du 28 décembre 1858 :

« … Ce qui nous frappa surtout, c’était l’immense mouvement de voitures qui avait lieu dans cette large voie… La Perspective de Nevsky est à la fois la rue marchande et la belle rue de Saint-Pétersbourg ; les boutiques s’y louent aussi cher que sur le boulevard des Italiens à Paris : c’est un mélange de magasins, de palais, d’églises tout à fait original ; sur les enseignes brillent en traits d’or les beaux caractères de l’alphabet russe…

L’hôtel de Russie, où nous descendîmes, était situé au coin de la place Michel. Le bas est occupé par de vastes salons où l’on dîne et que décorent des plantes de serre. Dans la première salle, sur une espèce de bar-room, du caviar, des harengs, des sandwichs de pain blanc et de pain bis, du fromage de plusieurs sortes…

Il ne faisait pas froid, et le thermomètre marquait, à l’air libre, sept ou huit degrés de chaleur… Les doubles fenêtres étaient posées partout, et l’on s’apprêtait à recevoir l’hiver de bonne façon…

Après le dîner, nous sortîmes au hasard à travers une ville inconnue et longtemps rêvée. C’est une des plus vives jouissances du voyageur. L’œil entrevoit, l’imagination achève… Nous voilà donc suivant le trottoir à petits pas et descendant la Perspective.

Tantôt nous regardions les passants, tantôt les boutiques, vivement éclairées. A chaque pas, nous rencontrions derrière d’élégantes vitrines, des étalages de fruits artistiquement groupés : des ananas, des raisins de Portugal, des citrons, des grenades. Le goût des fruits est aussi général en Russie que le goût des bonbons en Allemagne ; ils coûtent fort cher. Sur le trottoir, des moujiks offraient aux passants des pommes acides, qui pourtant trouvaient des acheteurs… »

theo-51reduc-2ulead2

Les femmes de Saint-Pétersbourg ne vont qu'en voiture!!

Moniteur Universel, lundi 3 janvier 1859 : « C’est de la place de l’Amirauté que part la perspective de Nevsky pour se prolonger dans un lointain immense jusqu’au couvent de Saint-Alexandre-Nevsky. La voie est large comme toutes celles de Saint-Pétersbourg… Fashionable et marchande, elle fait alterner les palais et les magasins ; nulle part, si ce n’est à Berne, l’enseigne ne déploie un tel luxe. Les lettres d’or tracent leurs pleins et leurs déliés sur des champs d’azur, sur des panneaux noirs ou rouges. Ils s’appliquent aux glaces des devantures, se répètent à chaque porte, s’étendent le long des corniches…

Mais peut-être ne savez-vous pas le russe, et la forme de ces caractères ne signifie-t-elle rien pour vous ? Voici à côté la traduction française ou allemande. Vous n’avez pas encore compris ? L’enseigne complaisante vous pardonne. Elle suppose même le cas où vous seriez complètement illettré, et présente au naturel les objets qui se débitent dans le magasin…

De nombreux canaux sillonnent la ville bâtie sur douze îlots, comme Venise… Mais, direz-vous, il n’y a personne dans votre tableau. Essayons de croquer des personnages, n’ayant pas comme les dessinateurs, la ressource d’emprunter un crayon…

C’est de une heure à trois heures que l’affluence est la plus grande ; outre les passants qui vont à leurs affaires, il y a les promeneurs dont le seul but est de voir, d’être vu et de faire un peu d’exercice. Vous distinguez d’abord les officiers de la garde ; ils avancent la poitrine presque toujours étoilée de décorations ; ensuite viennent les tchinovniks ou fonctionnaires, en longues redingotes plissées dans le dos ; les jeunes gens, qui ne sont ni militaires ni employés, ont des paletots garnis de fourrure d’un prix dont s’étonnent les étrangers ; c’est là un luxe inconnu chez nous. On est considéré d’après sa pelisse…

Si les Vénitiennes ne vont qu’en gondole, les femmes de Saint-Pétersbourg ne vont qu’en voiture ; à peine descendent-elles pour faire quelques pas sur la Perspective. Elles ont des chapeaux et des modes de Paris. Le bleu semble leur couleur favorite ; il va bien à leur teint blanc et à leurs cheveux blonds… »

theo-54ulead2

theo 53redulead2jpg

Le goût des fruits est général en Russie!

             Moniteur Universel du 28 décembre 1858 :

« … Ce qui nous frappa surtout, c’était l’immense mouvement de voitures qui avait lieu dans cette large voie… La Perspective de Nevsky est à la fois la rue marchande et la belle rue de Saint-Pétersbourg ; les boutiques s’y louent aussi cher que sur le boulevard des Italiens à Paris : c’est un mélange de magasins, de palais, d’églises tout à fait original ; sur les enseignes brillent en traits d’or les beaux caractères de l’alphabet russe…

L’hôtel de Russie, où nous descendîmes, était situé au coin de la place Michel. Le bas est occupé par de vastes salons où l’on dîne et que décorent des plantes de serre. Dans la première salle, sur une espèce de bar-room, du caviar, des harengs, des sandwichs de pain blanc et de pain bis, du fromage de plusieurs sortes…

Il ne faisait pas froid, et le thermomètre marquait, à l’air libre, sept ou huit degrés de chaleur… Les doubles fenêtres étaient posées partout, et l’on s’apprêtait à recevoir l’hiver de bonne façon…

Après le dîner, nous sortîmes au hasard à travers une ville inconnue et longtemps rêvée. C’est une des plus vives jouissances du voyageur. L’œil entrevoit, l’imagination achève… Nous voilà donc suivant le trottoir à petits pas et descendant la Perspective.

Tantôt nous regardions les passants, tantôt les boutiques, vivement éclairées. A chaque pas, nous rencontrions derrière d’élégantes vitrines, des étalages de fruits artistiquement groupés : des ananas, des raisins de Portugal, des citrons, des grenades. Le goût des fruits est aussi général en Russie que le goût des bonbons en Allemagne ; ils coûtent fort cher. Sur le trottoir, des moujiks offraient aux passants des pommes acides, qui pourtant trouvaient des acheteurs… »

theo-52reduc2

Il faut bien que tout le monde vive!

« Depuis quelques jours, la température s’était sensiblement refroidie ; toutes les nuits, il gelait blanc. L’hiver, quoique tardif pour le climat, s’était mis en marche des régions du pôle, et au frisson de la nature, on le sentait approcher…

Un matin, en levant le store de notre fenêtre, nous aperçûmes à travers les doubles carreaux humides de la buée nocturne, un toit d’une blancheur étincelante se détachant sur un ciel d’un bleu léger…

Sur le sol s’étalait, comme une doublure d’ouate, une épaisse couche de neige vierge, où n’étaient encore empreints que les pieds étoilés des pigeons, aussi nombreux à Saint-Pétersbourg qu’à Constantinople et à Venise. L’essaim, tachant de gris-bleu ce fond de blancheur immaculée, sautillait, battait des ailes, et semblait attendre avec plus d’impatience que de coutume devant la boutique du marchand de comestibles, la distribution de graines qu’il leur fait chaque matin.

En effet, quoique la neige ait l’air d’une nappe, les oiseaux n’y trouvent pas leur couvert mis, et les ramiers avaient faim. Aussi quelle joie lorsque le marchand ouvrit la porte !

La bande ailée fondit familièrement sur lui et il disparut un moment dans un nuage emplumé. Quelques poignées de graines lancées au loin lui rendirent un peu de liberté…

Vous pensez bien que quelques moineaux non invités profitaient de l’aubaine et ne laissaient pas tomber à terre les miettes du festin ; il faut bien que tout le monde vive ! »

theo-55-2uleadreduc

Les Messageries Maritimes donnèrent le nom de Théophile Gautier à l'un des bateaux de croisières circulant sur la Méditerranée. Comme de nombreux Romantiques, après un hiver dans la grisaille des villes, Gautier avait la maladie du bleu et voyageait dès qu'il le pouvait vers le soleil et le ciel bleu.

       longueur: 133,50 m
       largeur: 17 mètres

       jauge brute: 8194 tx
       port en lourd: 4570 tonnes

      déplacement: 10300 tonnes
      passagers: 105 premières, 96 secondes, 77 troisièmes, 310 rationnaires
      propulsion: deux moteurs diesel Sultzer deux temps 6 cylindres, premier        navire à moteur diesel des Messageries Maritimes
      puissance: 9000 CV
      vitesse: 14,6 noeuds

      deux hélices
      deux cheminées.

bateau gautier

bateau gautier-2

copyright-2